monographie de la commune de cotonou - Association Nationale des ...

74 downloads 50 Views 209KB Size Report
3.3 Place de la femme dans la société . ..... font de la ville, la plus importante porte d'entrée et de sortie du Bénin, tandis que l'Est dispose d'une vaste zone ...

REPUBLIQUE DU BENIN

MISSION DE DECENTRALISATION ------P ROGR AMME D ’A PPUI A U D E MAR RAGE DES C O MMUNE S

MONOGRAPHIE DE LA COMMUNE DE COTONOU

Consultant Lazare A. AKOMAGNI Sous la supervision de M. Emmanuel GUIDIBI, Directeur Général du Cabinet « Afrique Conseil »

Avril 2006

SOMMAIRE SOMMAIRE ................................................................................................................ 2 LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................. 4 SIGLES ET ABREVIATIONS ...................................................................................... 5 REMERCIEMENTS .................................................................................................... 7 INTRODUCTION ........................................................................................................ 8 CHAPITRE I : CADRE PHYSIQUE ET ADMINISTRATIF .......................................... 9 1.1 Cadre physique ..........................................................................................................9 1.2 Cadre Administratif ................................................................................................10 CHAPITRE II : POPULATION .................................................................................. 12 2.1 Etat de la population ...............................................................................................12 2.2 Mouvements de la population .................................................................................13 2.3 Ménages ...................................................................................................................15 2.4 Ethnies .....................................................................................................................16 2.5 Religions...................................................................................................................16 2.6 Habitat .....................................................................................................................16 CHAPITRE III : ORGANISATION SOCIALE ............................................................ 18 3.1 Pouvoir politique......................................................................................................18 3.2 Système de parenté .................................................................................................18 3.3 Place de la femme dans la société ...........................................................................18 CHAPITRE IV : ACTIVITES ECONOMIQUES ......................................................... 19 4.1 Agriculture ...............................................................................................................19 4.2 Elevage .....................................................................................................................20 4.3 Les unités économiques ...........................................................................................20 4.4 Emploi ......................................................................................................................22 4.5 Energie et Eau .........................................................................................................22 4.6 Transport et communications .................................................................................23 4.7 Commerce ................................................................................................................24 4.8 Tourisme et hôtellerie .............................................................................................25 4.9 Pêche et chasse ........................................................................................................25

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

2

CHAPITRE V : SECTEURS SOCIAUX ...................................................................... 26 5.1 Santé ........................................................................................................................26 5.2 Action sociale ...........................................................................................................28 5.3 Education .................................................................................................................28 5.4 Arts, culture, sports et loisirs..................................................................................32 CHAPITRE VI : RESSOURCES FINANCIERES ....................................................... 33 6.1 Evolution du budget communal ..............................................................................33 6.2 Recettes ....................................................................................................................33 6.3 Dépenses ..................................................................................................................33 CHAPITRE VII : CONTRAINTES ET ATOUTS DE LA COMMUNE ......................... 36 CHAPITRE VIII : PRINCIPALES FILIERES PORTEUSES ...................................... 39 8.1 Caractéristiques de la filière levier.........................................................................40 8.2 Organisation de la filière et les principaux acteurs ...............................................40 8.4 Atouts et contraintes de la filière............................................................................41 8.5 Stratégies de développement de la filière ...............................................................41 CHAPITRE IX : PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS .................................. 43 CONCLUSIONS GENERALES ................................................................................. 46 BIBLIOGRAPHIES............................................................................................... 47

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

3

LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Mortalité dans la commune de Cotonou .......................................................14 Tableau 2 : Répartition de la population par arrondissement ........................................15 Tableau 3 : Evolution des superficies et des productions dans la commune ..................19 Tableau 4 : Evolution des superficies et des productions de quelques cultures maraîchères dans la commune de Cotonou...............................................................19 Tableau 5 : Bilan céréalier dans la commune de Cotonou, campagne 2005/2006 ..........20 Tableau 6 : Répartition des unités économiques selon le type........................................20 Tableau 7 : Répartition des unités économiques selon le secteur d’activité et le type d’unité économique.....................................................................................................21 Tableau 8 : Population active de la commune..................................................................22 Tableau 9: Etat de la voirie urbaine à Cotonou ...............................................................23 Tableau 10 : Effectif du personnel de la santé .................................................................27 Tableau 11 : Taux de couverture vaccinale par antigène par zones sanitaire de la commune de Cotonou .................................................................................................28 Tableau 12 : Niveau d’instruction de la population.........................................................29 Tableau 13 : Situation des effectifs scolaires par arrondissement en 2004 pour l’enseignement primaire ............................................................................................30 Tableau 14 : Situation des effectifs scolaires par arrondissement en 2004 pour les enseignements général et technique .........................................................................31 Tableau 15 : Infrastructures culturelles, artistiques et de loisirs de la commune de Cotonou.......................................................................................................................32 Tableau 16 : Situation Financière de la Commune de Cotonou Exercices 1999 à 2004 ............................................................................................................................34 Tableau 17: Atouts et contraintes de la commune de Cotonou .......................................36 Tableau18 : Principales filières porteuses dans la commune .........................................39

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

4

SIGLES ET ABREVIATIONS ABE APE ARDET C/CS CA CARDER CB CCIB CeCPA CeRPA Cl CLCAM CNSR CPRP CPS CS CSA CSE CVEC DCGC DDEPS DDPD DDS EQF FENAB FODEFCA GVC INSAE MAEP MCPPD MDN MEHU MEPS MFE MISD MMEH MOS MSP NF OMS ONG OPT PADEAR PADME

Agence Béninoise de l’Environnement Association des Parents d'Elèves Agence Régionale de Développement du Tourisme Chef Circonscription Scolaire Chef d'Arrondissement Centre d’Action Régional pour le Développement Rural Chef Brigade Chambre de Commerce et d'Industrie du Bénin Centre Communal de Promotion Agricole Centre Régional de Promotion Agricole Classes Caisse Locale de Crédit Agricole Mutuel Centre National de Sécurité Routière Caisse Populaire de Réduction de Pauvreté Centre de Promotion Sociale Centre de Santé Centre de Santé de l’Arrondissement Comité de Suivi Evaluation Caisse Villageoise d’Epargne et de Crédit Division Chargée de la Gestion des Carrières Direction Départementale de l’Enseignement Primaire et Secondaire Direction Départementale du Plan et de Développement Direction Départementale de la Santé Ecole à Qualité Fondamentales Fédération Nationale des Artisans du Bénin Fonds de Développement de Formation Continue et d’Apprentissage Groupements à Vocation Coopérative Institut National de Statistique et d’Analyse Economique Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Ministère Chargé du Plan, de la Prospective et du Développement Ministère de la Défense Nationale Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme Ministère des Enseignements Primaire et Secondaire Ministère des Finances et de l'Economie Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation Ministère des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique Matrice d’Orientation Stratégique Ministère de la Santé Publique Non Fonctionnel Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non Gouvernementale Office des Postes et Télécommunication Projet d’Appui au Développement de l’Eau et Assainissement en milieu Rural Promotion et Appui au Développement des Micro Entreprises

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

5

PADPA PAPME PDC PDE PDES PEH PIP PM PME PRODECOM R/CPA RFUS RGPH RIE RP SADE SADI SBEE SDCD SE SG SH SONAPRA SONEB SSE UCP UVS

Programme d’Appui au Développement de la Pêche dans l’Artisanale Programme d’Appui aux Petites et Moyennes Entreprises Plan de Développement Communal Projet de Développement de l’Elevage Plan de Développement Economique et Social Protection de l’Environnement et de l’Homme Programme d'Investissement Public Pour Mémoire Petites et Moyennes Entreprises Programme d'appui au Démarrage des Communes Responsable Centre de Promotion Agricole Registre Foncier Urbain Simplifié Recensement Général de la Population et de l’Habitat Route Inter Etat Receveur Percepteur Service des Affaires Domaniales et Environnementales Service des Archives, de la Documentation et de l’Information Société Béninoise d'Energie Electrique Service du Développement et de la Coopération Décentralisée Suivi Evaluation Secrétaire Général Service Hydraulique pour la Promotion Société Nationale pour la Promotion Agricole Société Nationale des Eaux du Bénin Service de Suivi Evaluation Union Communale des Producteurs Unité Villageoise de Santé

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

6

REMERCIEMENTS

Nous adressons nos vifs remerciements à la Mission de Décentralisation et au PRODECOM (Programme d’Appui au Démarrage des Communes) pour la confiance qu'ils nous ont accordée pour la réalisation de l'étude monographique de la Commune de Cotonou. Nos remerciements vont aussi à Monsieur le Maire de la commune, au Conseil communal, aux Responsables des services techniques aussi bien au niveau central qu’aux niveaux déconcentré et décentralisé pour leur disponibilité et leur contribution.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

7

INTRODUCTION C'est dans le cadre de l’étude sur « Le rôle des Communes dans la promotion de l’économie locale et la valorisation des filières porteuses » que s’inscrit l’élaboration de la monographie économique communale ; en effet c’était l’un des multiples produits attendus de cette étude commanditée par la Mission de Décentralisation et PRODECOM (Programme d’Appui au Démarrage des Communes) Le Consultant responsable a mené l'étude monographique conformément aux dispositions de collecte de données édictées dans la méthodologie préconisée pour réaliser l’étude ci-dessus citée et sur la base des résultats des ateliers régionaux organisés par zone agro-écologique La collecte des données a été ainsi réalisée par le consultant en collaboration avec les Représentants des Communes : -

d’abord au niveau de l’unité de documentation de la Commune et par

-

Interview individuelle avec les informateurs-clés ;

-

Interview avec des groupes/focus-groups ; (institutions publiques, privées, représentants de la société civile, les projets, les ONG et autres partenaires au développement.)

Les entretiens et la collecte des données sont menés sur la base de plusieurs fiches précisant la liste des informations recherchées. Au cours de l'étude monographique, le consultant a rencontré les problèmes suivants : -

La disponibilité de données statistiques fiables n'est pas toujours chose évidente

-

Les rapports des différents services déconcentrés n’étaient pas souvent accessibles

-

L’intérêt d’une telle étude ne semblait pas toujours bien perçu ; Cela est dû certainement à l’ambiance préélectorale qui régnait, et qui reléguait au second plan, les activités qui lui sont liées.

Pour une Monographie économique, il manque encore beaucoup de données statistiques qui devront être complétées au fur et à mesure par la Commune ellemême ; il faudra donc considérer la présente version comme une version provisoire susceptible d’être améliorée.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

8

CHAPITRE I : CADRE PHYSIQUE ET ADMINISTRATIF 1.1 Cadre physique 1.1.1 Situation géographique La commune de Cotonou est située sur le cordon littoral qui s’étend entre le lac Nokoué et l’Océan Atlantique, constitué de sables alluviaux d’environ cinq mètres de hauteur maximale. Elle représente la seule commune du département du Littoral et est limitée au nord par la commune de Sô-Ava et le lac Nokoué, au Sud par l’Océan Atlantique, à l’Est par la commune de Sèmè-Kpodji et à l’Ouest par celle d’Abomey-Calavi. Elle couvre une superficie de 79 km2, dont 70% sont situés à l’Ouest du chenal. Les quartiers de l’Est sont reliés à la partie Ouest par trois ponts. A l’Ouest de Cotonou, se trouvent le Port Autonome et l’Aéroport International qui font de la ville, la plus importante porte d’entrée et de sortie du Bénin, tandis que l’Est dispose d’une vaste zone industrielle.

1.1.2 Climat Le climat est de type sub-équatorial avec une alternance de deux saisons pluvieuses (Avril à Juillet et Septembre à Novembre) et de deux saisons sèches (Décembre à Mars et Août). Pendant la grande saison des pluies, la ville menacée par de graves inondations, offrant ainsi aux cotonois le spectacle d’un gros village lacustre (niveau bas fortement influencé par les variations du niveau des plans d’eau ; niveau maximal des crues : 1,5 m (IGN). La pluviométrie varie entre 900 et 1200 mm, alors que la température moyenne est de 27 °C environ. Le vent le plus remarquable dans la commune est l’harmattan qui se manifeste généralement courant Novembre à Décembre.

1.1.3 Relief Le relief de la commune est peu accidenté avec des marécages. Il a deux caractéristiques principales : des dépressions longitudinales parallèles à la côte et des bas-fonds érodés par l’écoulement des eaux pluviales qui communiquent avec le lac. Le site est coupé en deux par le chenal appelé « Lagune de Cotonou », communication directe entre le lac et la mer, creusée par les Français depuis 1894. Les épis du port ont contribué à l’érosion de toute la côte Est de la ville. Cette érosion s’opère à une vitesse moyenne de 16,8 mètres par an dans la critique

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

9

1.1.4 Sols La commune de Cotonou qui se situe dans la plaine côtière, possède des sols sableux qui sont généralement pauvres en matière organique avec une faible capacité d’échange et un faible pouvoir de rétention en eau, ce qui a pour corollaire les inondations répétées observées ça et là dans la ville de Cotonou pendant la saison pluvieuse.

1.1.5 Géologie La nappe phréatique se trouve à proximité de la surface du sol dont la perméabilité élevée accélère l’infiltration des eaux l’infiltration des eaux pluviales et usées ce qui pourrait générer des risques de pollution.

1.1.6 Réseau hydrographique Cotonou dispose d’un réseau hydrographique alimenté par trois principaux plans d’eau : l’Océan Atlantique, la Lagune et le Lac Nokoué, pourvoyeurs de ressources halieutiques non négligeables.

1.1.7 Végétation On peut distinguer un certain nombre de formations végétales bien tranchées : -

en bordure de la côte, les sables du cordon littoral sont couverts de plantations de cocotiers;

-

une zone à végétation rare et clairsemée formée essentiellement d’halophytes sur le cordon littoral

1.2 Cadre Administratif 1.2.1 Evolution administrative Après la refondation de l’Etat Béninois devenu depuis 2002 un Etat décentralisé, la commune de Cotonou est subdivisée en 13 arrondissements composés de 144 quartiers Le Maire est à la fois Président du Conseil Municipal (Assemblée Locale) et Premier Responsable de l’administration municipale. Il est assisté de trois Adjoints dans la gestion des affaires locales, tandis qu’au niveau des arrondissements, ce sont les chefs d’arrondissement qui le représentent. La Municipalité de Cotonou est administrée par deux grands blocs :

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

10

-

Le cabinet du Maire qui s’occupe exclusivement de la vie politique ;

-

Le secrétariat général qui coordonne tous les services des directions centrales de la Maire.

Constitutionnellement, la ville de Porto-Novo distante de 30 km de Cotonou, est et demeure la Capitale politique du Bénin. Nonobstant, Cotonou abrite les principaux centres de décision pour l’administration du pays : la Présidence de la République, la quasi-totalité des départements ministériels, la Cour Constitutionnelle, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), le Conseil Economique et Social (CES), la Cour Suprême etc. Sont également domiciliées à Cotonou, la totalité des représentations diplomatiques de pays étrangers et d’institutions internationales près le Bénin et la direction de grands projets socio-économiques. En somme, le Bénin est administré et dirigé depuis la commune de Cotonou

1.2.2 Services techniques, administratifs et partenaires au développement Avec la réorganisation des services municipaux, qui a conduit au recrutement de plusieurs cadres techniques, la Mairie de Cotonou compte six (06) directions hiérarchisées en trente trois (33) services qui animent tant bien que mal aujourd’hui la vie technique et administrative de la commune avec l’appui des services déconcentrés de l’Etat et des partenaires au développement tels que la Banque Mondiale, l’Union Européenne, PNUD, PDM, AFD, SNV, GTZ, UNESCO,…

1.2.3 Coopération décentralisée Par ailleurs, conformément à l’article 178 de la loi N° 97-029 du 15 janvier 1999, la Mairie de Cotonou entretient de bonnes relations de coopération décentralisée avec plusieurs autres villes en Afrique et ailleurs dans le monde. En effet, elle est jumelée depuis : 

Le 29 Octobre 1986 avec la ville française de Crédit ;



Le 17 Juillet 1995 avec la ville Américaine d’Atlanta et



Le 23 Novembre 2001 avec la ville slovaque de Zilina

De même, la ville de Cotonou est membre de l’Association Internationale des Maires des Métropoles partiellement ou entièrement Francophones (AIMF), de l’Alliance Mondiale des Villes et de l’Union des villes Africaines (UVA),… Aujourd’hui, Cotonou abrite le siège du Partenariat pour le Développement Municipal (PDM), la Maison des Collectivités Locales (MCL) et la Mission de Décentralisation (MD). Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

11

CHAPITRE II : POPULATION

2.1 Etat de la population 2.1.1 Historique du peuplement Cotonou a été créée en 1830 sur l’initiative de Ghézo, illustre roi d’Abomey. Selon l’une des légendes, « Kutonu » signifierait « Lagune de la mort » en raison de sa situation de carrefour du trafic des esclaves. A la fin du 19è siècle, Cotonou s’est développée à partir de quelques villages de pêcheurs situés à l’Est et à l’Ouest de la lagune. En 1868, le territoire de la ville a été cédé à la France par le roi d’Abomey, ce qui eut pour effet d’accélérer le processus de son développement. A partir du noyau originel des Toffins, la ville de Cotonou s’est progressivement enrichie de toutes les ethnies du Bénin. Certains quartiers en portent la marque. Ainsi, Guincomey signifie « sur la terre des populations Guin », venues de GrandPopo et d’Agoué pour participer à la construction du Wharf de Cotonou. De même, Xwlacodji désigne la zone des Xwla. Aujourd’hui, Cotonou est devenue une représentation du Bénin en miniature et sa croissance accélérée est entrain de donner naissance à une vaste « région Urbaine » allant de Porto-Novo (à l’Est) jusqu’à Ouidah (à l’Ouest), qui posera à terme un problème majeur aux relations routières internationales entre le Nigeria et le Togo, le Ghana et la Côte-d’Ivoire, dont les espaces côtiers rassemblent déjà plus de 30 millions de personnes et la plus grande partie de l’économie des pays du Golfe du Bénin

2.1.2 Evolution de la population La ville de Cotonou comprend depuis l’avènement de la décentralisation, 13 arrondissements subdivisés en 144 quartiers. Sa population estimée à 320.348 habitants en 1979 selon le 1er recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH1), est passée à 536.827 habitants en 1992, soit un taux de croissance inter-censitaire de 4,05 %. En 2002 et selon le RGPH3, la population de Cotonou a été évaluée à 665.100 habitants, accusant ainsi un taux de croissance de 2,07%. Par ailleurs, il est important de noter les populations des régions environnantes viennent gonfler la population de Cotonou le jour dans l’exercice de leur activité (fonctionnaire, commerçant).

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

12

2.1.3 Structure par âge et par sexe de la population La structure par sexe de cette population est proche de la moyenne nationale : 51,4 % de femmes contre 48,6 % d’hommes. Le rapport de masculinité, c’est-à-dire le nombre d’hommes pour cent femmes, est évalué à 94,5 ; ce qui prouve que la population de Cotonou enregistre un déficit en hommes. La répartition de la population par grands groupes d’âges, laisse apparaître une forte proportion de la population de 15-59 ans (62,7 %).

2.1.4 Population active La commune de Cotonou concentre plus de 45% des actifs des 10 principales villes du Bénin. La répartition de la population par grands groupes d’âges, laisse apparaître une forte proportion de la population de 15-59 ans (62,7 %). Il apparaît ainsi que plus de 6 Cotonois sur 10 sont actifs. Le taux d’activité est de 67,7%. Un fait marquant est la hausse du taux d’activité observé au niveau de la population féminine qui est passé de 37,2% en 1979 à 54,7% en 1992, soit un accroissement annuel de 3%.

2.2 Mouvements de la population Ils seront appréciés par rapport aux données relatives à la natalité, la fécondité, la mortalité et la fécondité

2.2.1 Natalité Une femme vivant à Cotonou est en mesure de mettre au monde environ 3 enfants contre au plus 2 filles. De même, pour 1000 habitants, le nombre de naissance est de 9. Ces taux sont les plus bas comparativement à ceux enregistrés dans les autres communes. Ceci est dû au fait que la ville de Cotonou a la proportion de personnes et notamment de femmes les plus instruites avec les contraintes de l’emploi formel.

2.2.2 Mortalité et morbidité Le nombre moyen d’années pendant lesquelles un cotonois né aujourd’hui pourrait vivre est de 62 ans contre 59 ans au niveau national. Cet indicateur est relativement plus élevé chez les femmes (65,4 ans) que les hommes (59,40 ans). Ce qui confirme la surmortalité masculine, un résultat qui se généralise au niveau de la mortalité infantile.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

13

Tableau 1 : Mortalité dans la commune de Cotonou Total

Masculin

Féminin

Espérance de vie à la vie (ans)

61.72

59.40

65.45

Décès pour 1000 habitants

7.62

8.47

6.39

Décès maternels pour 100 000 naissances vivantes

489.52

Nbre d’enfants décédés pour 1000 Avant le 1er et la 5è anniversaire

75.0

89.0

61.0

Entre le 1er et le 5è anniversaire

48

61

35

119.40

144.57

93.87

Après le 5è anniversaire Source : INSAE/RGPH3-Février 2002

2.2.3 Migrations La migration vers la commune de Cotonou est avant tout un phénomène national (83,6% dont 20,3% de Ouidah, 9,9% de Grand Popo, 7,7% de Porto-Novo, 7,2% d’Abomey et 5,6% d’Allada) avec une majorité d’urbains puisque 59% d’entre eux étaient des citadins avant d’arriver dans la commune. Le Bénin est un pays dont l’économie repose en grande partie sur le transit des marchandises et c’est sans doute pour cette raison que l’on trouve également des personnes venant des pays voisins comme le Togo (5,7%), la Côte d’Ivoire (2,2%), le Niger (1,5%), le Nigeria (1,1%) et d’autres. En 2002, près de quatre (04) habitants sur dix (10) sont des migrants. Les femmes migrent plus souvent que les hommes (40,2% contre 36,1% respectivement). Si plus de la moitié de l’ensemble des migrants (38,1% dont 55,7% de femmes) met en avant le désir de rejoindre sa famille, cette dimension de regroupement familial concerne surtout les femmes (57,9% des migrantes). La recherche d’emploi est la seconde raison qui motive la migration pour près de trois (03) personnes sur dix (10) soit 27,9% et plus particulièrement les hommes (60,1%). Enfin, les 13,9% des migrants évoquent les possibilités d’y poursuivre des études.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

14

2.3 Ménages On observe une disparité dans la répartition spatiale de la population entre arrondissements. Mais, l’ensemble des arrondissements de Cotonou regroupe 154 346 ménages dont la taille moyenne est de 4.3 (Tableau 2).

Tableau 2 : Répartition de la population par arrondissement Arrondiss ement

Nbre de quartiers

Effectif Total

Masculin

Féminin

Nbre de ménages

Taille du ménage

Poids démographie (%)

01

10

55 413

27 076

28 337

12 176

4.6

8.3

02

12

53 708

26 106

27 602

12 734

4.2

8.1

03

13

59 830

29 157

30 673

13 368

4.5

9.0

04

11

39 012

19 460

19 552

8 938

4.4

5.9

05

15

32 864

16 164

16 700

7 762

4.2

4.9

06

19

71 085

34 684

36 399

16 637

4.3

10.7

07

12

36 158

16 963

19 195

8 410

4.3

5.4

08

8

37 631

17 895

19 736

9 231

4.1

5.7

09

4

61 585

30 095

31 490

14 718

4.2

9.3

10

7

41 806

19 737

22 069

9 535

4.4

6.3

11

13

36 219

17 451

18 768

8 142

4.4

5.4

12

14

76 217

37 191

39 026

18 172

4.2

11.4

13

6

63 572

31 187

32 385

14 523

4.4

9.6

665 100

323 168

341 932

154 346

4.3

100

TOTAL

Source : INSAE/RGPH3- Février 2002

Dans la commune de Cotonou, la dominante au niveau des ménages reste encore le modèle de la famille nucléaire (59,6% soit un ménage sur deux) suivi des familles élargies avec 25% des ménages. Un quart des ménages est dirigé par une femme. Trois (03) ménages isolés sur dix (10) et près de sept (07) ménages monoparentaux sur dix (10) ont à leur tête une femme. A cet égard, il faut soulever l’importance numérique de ces ménages monoparentaux (21,1% de l’ensemble des ménages). Le niveau de revenu intervient essentiellement dans le choix de type de logement et partant du niveau de loyer à payer. L’observation du niveau des revenus des ménages révèle que moins de 15% des ménages gagnent plus de 100 000 FCFA. On dénombre de façon précise 31% des ménages qui ont un revenu compris entre 44 000 et 88 000 FCFA et 25,9% dont le revenu est compris entre 25 000 et Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

15

44 000FCFA. On dénombre 22% de ménages gagnant plus de 300 000 FCFA mensuellement (Enquête emploi 2002 TBS pour la ville de Cotonou).

2.4 Ethnies A partir du noyau originel des Toffins, la ville de Cotonou s’est progressivement enrichie de toutes les ethnies du Bénin. Ainsi, les principaux groupes socio-culturels rencontrés à Cotonou sont : -

Le groupe Fon et apparentés : Ce sont les Fon, les Goun, les Mahi, les Toffins….. Ils représentent 56.7% de la population de la ville

-

Le groupe Adja et apparentés représentant 18.3% de la population. Ce sont les Mina, Adja, Xwa…

-

Le groupe Yorouba : Il est constitué des Yorouba, des Nagots, des Idaasha et représente 11.5% de la population

-

Les autres groupes sont les bariba, les dendi, les yoa lokpa, les otamari, les peulh,…

2.5 Religions A Cotonou, le christianisme est la religion la plus pratiquée avec 57.8% de Catholiques, 5.7% de Protestants, 4.4% de Célestes et 7.8% d’autres chrétiens. L’Islam vient en seconde position avec 14.2% suivi du Vodoun avec 2.3%.

2.6 Habitat La situation de l’habitat a été longtemps caractérisée au Bénin par une absence d’une politique réelle de l’Etat en la matière. De ce fait, Cotonou est caractérisée par la construction de façon anarchique et la promiscuité des maisons, couplées avec la précarité des unités d’habitation. Pire certaines populations construisent leurs logements dans des endroits insalubres, aggravant ainsi les problèmes environnementaux. Il incombe donc aux autorités municipales de mettre en place une bonne politique d’aménagement du site sans perdre de vue les nombreuses pressions exercées sur la ville par les communes environnantes

2.6.1 Type d'habitat Les deux principaux types d’habitation rencontrés à Cotonou sont les maisons dans une concession (47,7%) et les maisons en bande (23,7%).

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

16

2.6.2 Matériaux utilisés dans la construction L’analyse de l’état des logements dans la commune de Cotonou montre une utilisation prononcée des matériaux définitifs. En effet, plus de 8 ménages sur 10 (83, 8%) logent dans des habitations construites en matériaux définitifs (béton, ciment,…). Les autres habitations sont en matériaux précaires (bambous, tôles…)

2.6.3 Mode d'éclairage Le mode d’éclairage le plus utilisé à Cotonou est l’énergie électrique (68,99% de la population) assurée par la Société Béninoise d’Energie Electrique (SBEE). En effet, plus de 7 ménages sur 10 (70,4%) utilisent l’électricité comme principal mode d’éclairage. Le reste de la population utilisent le pétrole comme mode d’éclairage (29,68%).

2.6.4 Mode d'approvisionnement en eau De toutes les communes du Bénin, la commune de Cotonou est la mieux équipée en infrastructures d’alimentation en eau potable assurée par la SONEB. Cependant, 43,25% de la population et à peine la moitié (51,4%) des ménages de Cotonou ont accès à l’eau SONEB à la maison (robinet intérieurs ou extérieurs). Le reste de la population achète de l’eau SONEB ailleurs.

2.6.5 Type d'aisance. A Cotonou, le type d’aisance le plus utilisé est les latrines à fosse ventilée (61,9% de la population) ou non ventilée (4,8%). L’accès aux fosses d’aisance avec chasse demeure encore le privilège d’une minorité : 11,7% de la population seulement. Le reste de la population ne disposant pas de toilettes (17,6%), défèque dans la nature.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

17

CHAPITRE III : ORGANISATION SOCIALE

3.1 Pouvoir politique Le pouvoir politique moderne est exercé par l’autorité centrale (Etat), les autorités municipales, les associations de développement, les syndicats, les ONG, …. Quant au pouvoir politique traditionnel, il est faiblement exprimé dans la commune de Cotonou.

3.2 Système de parenté 3.2.1 Mariage coutumier Il est surtout célébré lors de la remise de la dot à la famille de la mariée. Par cet acte, le couple est déclaré marié et peut vivre ensemble.

3.2.2 Mariage moderne On distingue à Cotonou, deux types de mariage moderne à savoir le mariage civil et le mariage religieux. Le mariage civil est célébré par les autorités municipales (Maire, Adjoints au Maire et les chefs d’Arrondissement). Quant au mariage religieux, il est célébré par les autorités religieuses (Prêtres, Pasteurs, Imams).

3.3 Place de la femme dans la société Les femmes occupent une infirme minorité de postes dans la gestion des affaires de la commune de Cotonou. Sur les 45 conseillers que comptent la commune, il y a seulement sept (07) femmes dont deux (02) occupant le poste de chef d’arrondissement et une (01) seule le poste de 3è adjointe au Maire. Sur les cinq (05) directions que compte la mairie de Cotonou, une (01) seule est dirigée par une femme et sur les dix (10) départements de la mairie, une (01) seule est gérée par une femme. Par ailleurs, la vie économique, les femmes occupent la première place dans le commerce.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

18

CHAPITRE IV : ACTIVITES ECONOMIQUES L’essentiel des activités économiques dans la ville de Cotonou est exercé dans les principaux secteurs de l’agriculture urbaine, des PME et PMI, de commerce et divers trafics. 4.1 Agriculture 4.1.1 Terres agricoles La commune de Cotonou ne dispose que des bas-fonds et des marécages qui sont propices aux cultures maraîchères. 4.1.2 Productions Les activités agricoles dans la commune de Cotonou sont surtout réduites au maraîchage. Les emblavures et les productions des principales familles de produits que sont les céréales, les tubercules et les légumineuses sont les plus basses de toutes les communes du Bénin. Leur évolution, notamment pour les céréales et pour les tubercules est nulle.

Tableau 3 : Evolution des superficies et des productions dans la commune Céréales

Tubercules

Légumineuses

2004

2005

%

2004

2005

%

2004

2005

%

Superficie (Ha)

1,15

0,5

-56,52

0,35

0

-100

0,02

0,2

900

Production (Tonnes)

0,66

0,275

-58,33

1,13

0

-100

0,01

0,075

650

Source : ONASA, 2005

En effet, la ville de Cotonou affiche dans ses périphéries une nette prédominance à fournir de légumes et autres produits de jardin à ses populations.

Tableau 4 : Evolution des superficies et des productions de quelques cultures maraîchères dans la commune de Cotonou Tomate

Piment

Gombo

Oignon

1999/2000

2000/2001

2002/2003

2003/2004

Sup. (ha)

3

6

2,82

0,05

Prod.(tonnes)

90

221

132,8

0,002

Sup. (ha)

1

1

0,4

1,34

Prod.(tonnes)

14

12

6,3

16

Sup. (ha)

1

1

0,2

0,03

Prod.(tonnes)

2

2

0,62

0,04

Sup. (ha)

1

3

2,6

0,4

Prod.(tonnes)

17

15

15,1

-

Source : DPP/MAEP

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

19

La production de ces différentes cultures maraîchères reste influencée par des variations sans cesse de la pluviométrie qui fait inonder parfois les sites maraîchers sans oublier la cherté des coûts des intrants et l’insuffisance du personnel d’encadrement. Quant au bilan vivrier, il est chroniquement négatif dans la commune de Cotonou.

Tableau 5 : Bilan céréalier dans la commune de Cotonou, campagne 2005/2006 Maïs

Mil/Sorgho

Riz

Commune de Cotonou

- 77 729

-

- 8 585

Bénin

124 830

- 22 797

- 54 118

Source : ONASA, 2005

4.2 Elevage En raison de l’humidité relativement élevée de la commune, l’élevage y est très peu développé. Les espèces élevées dans la commune sont les volailles, les caprins, les aulacodes, les escargots et les porcins. Il s’agit surtout de l’élevage non conventionnel qui se développe surtout aux alentours de la commune.

4.3 Les unités économiques Cotonou étant la commune, la plus industrialisée du pays, elle regorge un grand d’usines de transformation et de stockage. Le recensement des unités économiques de la ville de Cotonou, réalisé par le programme d’études et d’enquêtes sur le secteur informel (PEESI), a permis de dénombrer en 1992 au total 73 739 unités réparties en trois catégories (tableau 6).

Tableau 6 : Répartition des unités économiques selon le type Type d’unité économique

Effectifs

Pourcentage

Unités économiques sédentaires

13 464

18,3

Unités économiques semisédentaires

28 434

38,6

Unités économiques ambulantes

31 791

43,1

Ensemble

73 739

100

Source : PEESI, 1992

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

20

Notons que ce sont les activités commerciales qui constituent la principale occupation des unités économiques car elles sont pratiquées par près de 62% des entreprises. La branche des services regroupe 29,2% des unités observées alors que la production n’est réalisée que par 8,3% des établissements. Par ailleurs, la situation varie selon que l’unité économique soit sédentaire, semi-sédentaire ou ambulante. En effet, dans le groupe des sédentaires, le commerce ne représente que 34,7% des unités économiques sédentaires, et se situe en deuxième position après la branche production qui rassemble près de 39% des unités économiques sédentaires. Rappelons que la branche Commerce ne regroupe que le commerce de gros et le commerce de détail, les restaurants et hôtels étant classés dans les services. L’importance relative de la branche Production dans l’ensemble des activités sédentaires est due essentiellement à l’industrie des textiles en l’occurrence la confection. Ensuite, viennent l’industrie alimentaire (12,3%) de la branche Production, et l’industrie des métaux de transformation (13,9%). S’agissant des établissements semi-sédentaires et des établissements ambulants, les profils observés sont différents de celui observé au niveau des établissements sédentaires. Mais de façon globale, la prépondérance des activités commerciales est observée pour ces deux catégories, avec respectivement 65% pour les établissements ambulants et 71% pour les établissements semi-sédentaires (tableau 7)

Tableau 7 : Répartition des unités économiques selon le secteur d’activité et le type d’unité économique Secteur

Sédentaires

Semi-sédentaires

Ambulants

Total

Nombre

%

Nombre

%

Nombre

%

Nombre

%

Production

5 242

38,9

1 293

4,5

164

0,5

6 709

9,1

Commerce

4 665

34,7

20 226

71,0

20 616

64,9

45 507

61,7

Services

3 557

26,4

6 965

24,5

11 011

34,6

21 533

29,2

Total

13 464

100

28 484

100

31 791

100

73 739

100

Source : PEESI, 1992

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

21

Dans la branche des services « services », la restauration occupe une place importante (44,5%) des unités économiques de ce groupe, suivie des transports (28,1%). L’importance des transports est due essentiellement aux activités développées par les taxi-motos. Notons pour finir que sur les 134 464 unités économiques, seulement 1777 soit 13,2% sont inscrites auprès du Registre de Commerce. Ce qui constitue un énorme manque à gagner pour la commune.

4.4 Emploi L’étude de la population active et de la structure de l’emploi montre que la population active de Cotonou est occupée en majorité dans le secteur informel. Ce secteur utilise 82.8% des actifs occupés et le secteur formel ne représente que 17.2% réparti de façon inégale entre le secteur public (7%) et le secteur privé (10.2%), comme le révèlent le tableau 8.

Tableau 8 : Population active de la commune Total

Masculin

Féminin

Population occupée

97.7

97.1

98.3

Cherche 1er emploi

1.3

1.6

1.0

Chômeur

1.0

1.4

0.7

Total

100

100

100

302 221

159 769

142 452

Effectif

Source : INSAE/RGPH3-Février 2002

4.5 Energie et Eau 4.5.1 Energie La consommation des différentes formes d’énergie révèle une nette prédominance des consommations primaires de bois de feu et du charbon de bois dans tous les arrondissements de la commune de Cotonou. Ensuite viennent le pétrole et les gaz domestiques. Les énergies électrique et solaire ne sont utilisées que par une poignée de la population.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

22

Excepté la biomasse énergie et une petite partie de l’électricité (moins de 10% de la consommation finale totale) qui est produite au Bénin, le pays est essentiellement importateur des énergies dites conventionnelles (produits pétroliers, électricité).

4.5.2 Eau L’accès à l’eau potable semble être assuré mais de quartiers entiers demeurent encore sans adduction d’eau. L’eau courante s’étend sur 863 km. On dénombre 29 300 abonnés. Cependant, la commune de Cotonou est la mieux équipée de toutes les communes du Bénin en infrastructures d’alimentation en eau potable assurée par la SONEB. Le parc des abonnés en eau potable ne cesse de croître auprès des services de la SONEB.

4.6 Transport et communications 4.6.1 Transport Les transports occupent une place importante dans l’économie urbaine de Cotonou. En effet, sa contribution au PIB qui était de l’ordre de 8% en 1991 est aujourd’hui en constante augmentation. Dans ce contexte particulier de la commune de Cotonou caractérisée notamment par une concentration de l’essentiel de l’appareil économique et une population agglomérée de plus d’un million d’habitant, les transports permettent d’une part d’assurer le trafic interne indispensable à l’approvisionnement en biens de consommation en particulier les produits vivriers, et d’autre part d’assurer le trafic dit de transit favorisée par la situation particulière de la ville, la configuration du réseau de voirie et la relative stabilité de notre pays dans une sous-région en proie aux difficultés politiques. L’ensemble des voies de Cotonou est estimé à plus de 600 km et selon leur nature, elles se répartissent comme consignées dans le tableau 9.

Tableau 9: Etat de la voirie urbaine à Cotonou

Longueur Pourcentage

Ensemble des voies

Voies pavées

Voies bitumées

Voies revêtues

Voies en terre

600 km

103,6km

48km

151,6 km

296,8 km

100%

17,26%

8%

25,27%

49,47%

Source : DST/MCOT

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

23

Notons que 9 km sur 48 km sont des voies municipales (voies dont l’entretien incombe à la mairie). Par ailleurs, la ville de Cotonou est également desservie sur le plan infrastructures de transport par un port, un aéroport international, quatre gares ferrées et 12 gares routières.

4.6.2 Communications Compte tenu de son statut de première commune du Bénin, Cotonou concentre sur son territoire toutes les infrastructures de communication modernes dont peut disposer une ville. En effet, la commune abrite 13 bureaux de postes, 11 stations de radiodiffusion, 4 chaînes de télévision, 5 réseaux GSM, 38 presses écrites. A ces infrastructures de communication s’ajoutent de nombreux centres d’Internet communément appelés CYBER CAFE et un Centre d’Education à Distance (CED).

4.7 Commerce 4.7.1 Infrastructures La commune de Cotonou dispose d’importantes infrastructures de dynamisation des activités commerciales telles que le marché international de Dantokpa, la zone commerciale de Ganhi et 24 marchés secondaires avec un système bancaire fiable. Signalons aussi l’existence d’un port, d’un aéroport et d’une chambre du commerce.

4.7.2 Produits Comme produits, on y rencontre les produits vivriers locaux, les produits manufacturés, le textile, les produits pétroliers,…

4.7.3 Circuits de commercialisation La commune de Cotonou dispose de deux grands marchés à savoir le marché international de Dantokpa et le marché de Ganhi représenté par le principal centre d’affaires du pays. Leur gestion demeure toujours problématique dans la mesure où ils font partie des patrimoines à transférer à la municipalité de Cotonou par l’Etat qui, malheureusement, n’est pas encore décidé à le faire. En plus, de ces principaux marchés, Cotonou possède également d’autres marchés dits secondaires dont la gestion est entièrement assumée par la mairie. Ils sont de trois (03) catégories : -

les marchés réhabilités comprenant St Michel, Gbégamey, Wologuèdè et Aïdjèdo.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

24

-

les marchés non réhabilités à domaine fixe au rang desquels figurent les marchés de Cadjèhoun, St Louis, Adjaha, Midombo, Fifadji, Dandji, Zogbo, Sainte Rita et Gbogbanou

-

les marchés n’ayant pas de domaine fixe d’activités. Il s’agit des marchés de Tokplégbé, haie-vive, fifatin, gbèdjromèdé, vodjè-rail, kouhounou, kindonou et parc triangulaire.

4.8 Tourisme et hôtellerie La commune de Cotonou offre tout ce dont le touriste peut rêver ou qu’il peut exiger : aéroport, climat de paix et de sécurité, hôtels, restaurants, maquis, dancing bars et cinémas adaptés au goût et à la bourse de chacun, plages au sables fins parsemées de cocotiers et bien aménagées pour la distraction et la détention, lacs aux eaux dormantes regorgeant de poissons variés, centre de promotion artisanal et d’autres points d’exposition et de vente d’objets d’art, marchés toujours débordant d’animation, places publiques et monuments… La commune est également à la porte d’entrée du village lacustre de Ganvié, la Venise africaine située à une vingtaine de kilomètres. Elle offre aussi un accès facile au centre BYMINS, centre de loisirs de réputation internationale. Mais le constat fait aujourd’hui est que la plupart de ces centres touristiques ne répondent ni dans leur agencement ni dans leur organisation aux critères qualificatifs attendus d’une clientèle internationale habituée à voyager dans le monde entier et devenue très exigeante. Autrement dit, certains sites touristiques actuels de Cotonou n’offrent ni le confort ni les services d’un niveau de qualité suffisant pour attirer et accueillir dans les meilleures conditions les touristes de classe exceptionnelle. Ceci nécessite alors la rénovation de ces sites touristiques et l’amélioration de la qualité de leurs services afin de les rendre conformes aux standards internationaux et partant d’accroître les recettes de la commune.

4.9 Pêche et chasse La pêche est relativement développée et mobilise beaucoup de personnes, des nationaux comme des étrangers. Dans les nombreux plans d’eau (lacs et lagunes), la pêche se pratique sous plusieurs formes. Il s’agit essentiellement de la pêche continentale et de la pêche maritime. La pêche maritime se pratique sous deux formes avec des techniques et des technologies appropriées. La première forme qui est la pêche industrielle se fait au moyen des bateaux tels que les charcutiers pour les poissons et les crevettiers pour les crevettes. Cette pêche en eau profonde n’est pas très rentable. La deuxième

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

25

forme qui est la pêche artisanale se pratique au moyen des barques motorisées ou non avec des filets longeant la côte. La pêche continentale s’effectue dans les eaux fluviales et le lac Nokoué au moyen des barques motorisées ou non. Cette pêche est très rentable en matière de devises d’exportation au niveau des crevettes.

CHAPITRE V : SECTEURS SOCIAUX 5.1 Santé 5.1.1 Principales maladies Les principales maladies rencontrées à Cotonou selon les statistiques du CNHU en 2001, sont : les maladies obstétriques (22,7%), les maladies infectieuses (15,8%), les maladies du sang (13,8%), les lésions traumatiques (8,2%), les maladies de l’appareil circulatoire (7,4%), les maladies de l’appareil digestif (5,6%), les maladies de l’appareil uro-génital (4,3%), les maladies de l’appareil respiratoire (4,1%), les tumeurs (2,7%) et les néonatologies (2,6%).

5.1.2 Comportements et Attitudes à l'égard de la maladie Généralement les patients vont dans les hôpitaux de la place. Certains se proposent d’aller vers la médecine traditionnelle ou les deux à la fois.

5.1.3 Infrastructures et équipements L’amélioration de la couverture sanitaire est l’une des préoccupations majeures des autorités béninoises. Ainsi, douze (12) arrondissements de la commune de Cotonou bénéficient d’une infrastructure publique, soit 92% avec 59 176 habitants par infrastructure en 2004. En plus de ces centres de santé, la commune de Cotonou dispose de quatre (04) zones sanitaires. Bien que la quasi-totalité des zones soient fonctionnelles, deux (02) seulement possèdent un hôpital de zone. Il s’agit des zones sanitaires de Cotonou 23 et de Cotonou 5 Par ailleurs, Cotonou abrite les principales infrastructures sanitaires à caractère national. Il s’agit de : -

Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert K. MAGA ;

-

Centre National Neuro Psychiatrique de JACQUOT ;

-

Centre National Hospitalier de Pneumo Phtysiologie (CNHPP) ;

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

26

-

Centre National de Gérontologie ;

-

Hôpital de la Mère et de l’Enfant de la Lagune (HOMEL).

Il existe d’autres infrastructures sanitaires construites par le secteur privé. Il s’agit de : o Centres de santé confessionnels : St Luc, inter confessionnel BETHESDA, St Jean de Mènontin, Ste Marie des Anges, St Jean de Gbégamey, PADRE PIO de Akpakpa. o Centres de santé non confessionnels : Clinique BONI d’Akpakpa, Clinique les GRACES, Clinique Coopératives (trois), Clinique Roseraie et Clinique les Cocotiers. A ces infrastructures s’ajoutent une multitude de cabinets médicaux privés qui drainent aujourd’hui une bonne partie de la population.

5. 1.4 Personnel de santé L’effectif du personnel et le nombre d’habitants par unité de personnel de santé dans le secteur public et privé à la fin de l’année 2003 est résumé dans le tableau 10.

Tableau 10 : Effectif du personnel de la santé Secteur

Secteur

Public

Privé

Total

Hbts/ (personnelle de santé public

Normes OMS

et privé) Médecins

60

427

487

3.101

10.000

Infirmiers

268

375

643

2.349

5.000

Sages femmes

221

220

441

3.425

5.000

Techniciens de Laboratoire

62

75

137

11.024

2.641

Aides-soignants

393

-

393

3.843

-

Total Personnel de santé

1.004

1.097

2.101

23.742

-

Et de radiologie

Source : Annuaire statistique 2003-DDSP Atl-Littoral

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

27

5.1.5 Les partenaires de la santé Les partenaires de la commune en matière de santé sont : OMS et UNICEF

5.1.6 Taux de couverture vaccinale par tranche d'âge suivant les grandes endémies

Tableau 11 : Taux de couverture vaccinale par antigène par zones sanitaire de la commune de Cotonou Zones sanitaires

Population vaccinale

BCG

DTC1

DTC2

DTC3

VAR

Cotonou 1 et Cotonou 4

4 439

199%

128%

111%

99%

98%

Cotonou 2 et Cotonou 3

8 881

97%

93%

85%

73%

71%

Cotonou 5

7 567

101%

97%

90%

85%

82%

Cotonou 6

7 517

152%

135%

124%

108%

96%

Source : SINGS, DPP, 2004

Par rapport aux autres communes du pays, on peut affirmer que la couverture vaccinale est beaucoup plus meilleure. Cependant, elle devra être renforcée.

5.2 Action sociale La commune de Cotonou est dotée de six Centres de Promotion Sociale. Il s’agit des Centres de Promotion Sociale de Placodji, de St Michel, de Gbégamey, de St Cécile, de Akpakpa Zone2 et de Suru Lere.

5.3 Education Cotonou est l’une des communes où le niveau d’instruction est le plus élevé du pays. Le niveau primaire est celui atteint par la majorité des Cotonois, soit 37.7% alors que 23.7% de cette population n’a aucun niveau. Sur 100 personnes vivant à Cotonou, à peine 6 ont obtenu le Baccalauréat. Par ailleurs, les femmes sont les moins instruites à Cotonou quelque soit le niveau d’étude considéré (tableau 12). Dans la catégorie des individus ayant 15 ans et plus, 69,0% sont alphabétisés avec 81.0% d’hommes et 57.2% de femmes.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

28

Tableau 12 : Niveau d’instruction de la population Niveau d’instruction

Total

Masculin

Féminin

Maternel

2.5%

2.8%

2.2%

Primaire

37.7%

38.6%

36.8%

Secondaire

30.2%

36.2%

24.6%

Aucun niveau

23.7%

13.4%

33.3%

609 873

294 595

315 278

Effectif Source : INSAE/RGPH3-Février 2002

5.3.1 Répartition des infrastructures scolaires par niveau La commune de Cotonou dispose de plus 451 écoles avec quatre Circonscriptions Scolaires (Akpakpa, Gbégamey, Lagune et Sikè), 144 collèges et 26 établissements supérieurs repartis sur son territoire. La répartition des écoles se présentent comme suit : -

Etablissements primaires publics : 170 écoles

-

Etablissement d’enseignement ménager publique : 01

-

Etablissement d’enseignement technique publique : 01

-

Etablissements primaires privés : 281 écoles

-

Etablissements secondaires publics : 19 collèges

-

Etablissements secondaires et techniques privés : 122

-

Etablissements supérieurs : 26

5.3.2 Personnel enseignant par catégorie En 2003, le personnel enseignant de la commune de Cotonou est réparti comme suit par catégorie : 1- APE et AT : 417 enseignants 2- Contractuels : 101 enseignants 3- ECL et Vacataires : 677 enseignants

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

29

5.3.3 Effectifs scolaires par sexe L’effectif des élèves par sexe dans les différents secteurs de l’enseignement est consigné dans les tableaux 13 et 14.

Tableau 13 : Situation des effectifs scolaires par arrondissement en 2004 pour l’enseignement primaire Effectifs des élèves Garçons

Filles

Public

Privé

Public

Privé

Total

Arrond 1

2693

3130

2535

2881

11239

Arrond 2

2249

1258

2203

1272

6982

Arrond 3

3057

2772

2904

2546

11279

Arrond 4

2054

1118

1823

953

5948

Arrond 5

2209

427

2085

441

5162

Arrond 6

1848

3681

1700

3195

10424

Arrond 7

1168

1025

2043

1877

6113

Arrond 8

1854

1377

2144

1656

7031

Arrond 9

1927

2761

1941

2599

9228

Arrond 10

1665

1691

1746

1737

6839

Arrond 11

2470

409

2107

562

5548

Arrond 12

2508

5337

2507

4933

15285

Arrond 13

2651

2294

2671

2274

9890

28353

27280

28409

26926

110968

TOTAL

Source : Traitement des données socio-économiques par la DPDM/2005

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

30

Tableau 14 : Situation des effectifs scolaires par arrondissement en 2004 pour les enseignements général et technique Effectifs des élèves Garçons

Filles

Public

Privé

Public

Privé

Total

Arrond 1

2456

1732

1717

1508

7413

Arrond 2

0

405

0

261

666

Arrond 3

1617

941

1011

663

4232

Arrond 4

1454

723

901

495

3573

Arrond 5

1876

1227

507

1063

4673

Arrond 6

2615

1162

1511

702

5990

Arrond 7

0

3420

0

2672

6092

Arrond 8

2461

1327

1736

1067

6591

Arrond 9

2304

1620

1637

1167

6728

Arrond 10

1894

71

1209

57

3231

Arrond 11

1850

2729

1350

2413

8342

Arrond 12

2106

2569

2370

1023

8068

Arrond 13

2886

217

1448

240

4791

23519

18143

15397

13331

70390

TOTAL

Source : Traitement des données socio-économiques collectées/DPDM/2005

5.3.4 Alphabétisation Dans la catégorie des individus ayant 15 ans et plus ; 69,0% sont alphabétisés. Ce taux est de 81,0% chez les hommes et de 57,2% chez les femmes.

5.3.5 Centres de formation Il existe deux (2) grands centres de formation publique en alphabétisation. Il s’agit des centres de Akpakpa et de Gbégamey.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

31

5.4 Arts, culture, sports et loisirs La commune de Cotonou est marquée par plusieurs manifestations culturelles et artistiques caractéristiques des groupes socio-ethniques composant sa population. Les périodes d’organisation de ces manifestations ne sont pas fixes, à l’exception de la fête du vodoun commémorée le 10 Janvier de chaque année. En matière d’équipements culturels et de loisirs, la ville de Cotonou n’est pas riche.

Tableau 15 : Infrastructures culturelles, artistiques et de loisirs de la commune de Cotonou ARRONDISSEMENTS 1er 2ème

INFRASTRUCTURES Néant - Maison du Peuple Cotonou II ; - Ciné Concorde

3ème

Néant

4ème

Néant - Ciné VOG ;

5ème

- Centre Culturel Chinois

6ème

Centre socio-culturel d’AÏdjèdo

7ème

Ciné le Bénin - Maison du Peuple Cotonou V ;

8ème

- Ciné Okpè Oluwa

9ème

Néant

10ème

Palais des Sports - Hall des Arts ;

11ème

- UNAFRICA - Palais des Congrès ; - Centre International des Conférences

12ème

- Centre Culturel Français - Centre Culturel Américain ; - Maison de la Francophonie - Maison des Jeunes d’Agla ;

13ème

- Centre socio-culturel d’Ahogbohouè

Source : Enquête de terrain/DPDM

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

32

La ville de Cotonou est et demeure le centre des activités sportives du Bénin. En effet, elle dispose de deux (02) grands stades de référence qui abritent périodiquement les compétitions tant nationales qu’internationales. Il s’agit du Stade de l’Amitié de Kouhounou et du Stade René Pleven d’Akpakpa. En dehors de ces principaux stades, Cotonou possède également un terrain clôturé, localisé à Midombo et de quelques terrains sommaires dans les arrondissements qui confirment la vision des autorités communales, celle d’améliorer les conditions de vie des populations.

CHAPITRE VI : RESSOURCES FINANCIERES 6.1 Evolution du budget communal Le budget de la mairie de Cotonou pendant la période 2000 – 2004 a connu un accroissement aussi bien en recettes qu’en dépenses. (Tableau 16). Cependant, avec une moyenne de 87,7% au cours de la période, le ratio d’autonomie financière indique que beaucoup d’efforts reste à faire en matière de recouvrement des recettes notamment fiscales surtout que les besoins de fonctionnement vont en s’accroissant tandis que les subventions entrent difficilement dans le compte de la commune.

6.2 Recettes Les recettes globales de la commune de Cotonou ont connu un accroissement depuis l’année 2000 dépassant plus de 8 milliards en 2004. Mais, la structure des recettes de la commune montre que les recettes fiscales dépassent 60% du total pendant le quinquennat 2000 – 2004. Elles sont suivies respectivement par les taxes de voirie (25%) et les recettes propres (8%).

6.3 Dépenses Au même titre que les recettes, depuis 2000, les dépenses de la commune ont connu une augmentation d’année en année. Une analyse de la structure de ses dépenses fait remarquer que ce sont les dépenses d’entretien qui absorbent plus de la moitié des dépenses de la commune pendant la période 2000 – 2004. Les secondes rubriques de dépenses sont les dépenses d’investissement (28%) et les dépenses de fonctionnement (21%).

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

33

Tableau 16 : Situation Financière de la Commune de Cotonou Exercices 1999 à 2004 ANNEES

1999

2000

NATURES DES OPERATIONS

Réalisations

Part (%)

Réalisations

Recettes Fiscales

2 351 758 616 53,55 2 907 370 005

2001 Part (%)

Réalisations

2002 Part (%)

2003

Réalisations

Part (%)

Réalisations

2004 Part (%) Réalisations

68,67

3 818 203 469

58,15

5 086 338 218

72,71

4 812 412 180

61,13

Part (%)

5 012 841 115 60,24

Recettes Propres

348 114 321

7,93

417 712 563

9,87

490 983 718

7,48

524 622 279

7,50

522 059 355

6,63

Taxe de Voirie

690 643 936

15,73

831 831 911

19,65

2 253 149 198

34,31

1 343 375 993

19,20

2 467 724 558

31,35

Taxe sur Valeur Ajoutée

997 550 297

22,72

0,00

32 825 978

0,42

34 451 851

0,41

Subventions et autres

3 389 177

0,08

77 062 927

1,82

4 152 424

0,06

41 282 412

0,59

37 256 638

0,47

28 333 374

0,34

TOTAL RECETTES

4 391 456 347

100

4 233 977 406

100

6 566 488 809

100

6 995 618 902

100

7 872 278 709

100

8 321 728 380

100

Fonctionnement administratif

1 059 501 780 23,49 1 010 345 700

23,86

1 278 744 330

19,73

1 287 588 371

18,25

1 453 950 756

18,45

0,08

2 660 000

0,04

5 106 576

0,07

8 441 780

0,11

23,93

1 281 404 330

19,77

1 292 694 947

18,32

1 462 392 536

18,56

1 835 057 788 21,93

24,80

2 097 337 595

32,35

1 696 861 699

24,05

1 575 994 445

20,00

1 681 938 765 20,10

Fonctionnement de structure

3 875 000

0,09

0,00

3 200 000

Total de Dépenses de 1 063 376 780 23,57 1 013 545 700 Fonctionnement

Entretien voiriedrainage

1 023 660 412 22,69 1 050 291 218

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

0,00

902 540 675

10,85

2 343 561 365 28,16

1 802 842 801 21,54

32 214 987

0,38

34

ANNEES NATURES DES OPERATIONS

1999

2000

2001

Réalisations

Part (%)

Réalisations

306 586 545

6,80

277 866 457

6,56

975 216 067

876 838 533

19,44

472 168 435

11,15

2 207 085 490 48,93 1 800 326 110

Dépenses d’investissement

1 240 247 244 27,50 1 421 194 369

TOTAL DES DEPENSES

4 510 709 514

Enlèvement des ordures ménagères

Autres dépenses utiles Total Dépenses Entretien et autres

100

4 235 066 179

Part (%)

Réalisations

2002 Part (%)

2003 Réalisations

2004

Réalisations

Part (%)

Part (%) Réalisations

Part (%)

15,04

1 161 345 477

16,46

1 924 381 527

24,43

662 456 530

10,22

766 407 214

10,86

805 608 958

10,23

42,51

3 735 101 192

57,62

3 624 614 390

51,37

4 305 984 930

54,65

4 196 760 392 50,15

33,56

1 466 158 568

22,62

2 138 700 939

30,31

2 110 284 391

26,78

2 335 999 212 27,92

100

6 482 573 090

100

7 056 010 276

100

7 878 661 857

100

1 572 321 164 18,79

942 500 463

8 367 817 392

Source : Tableau réalisé à partir des comptes de gestion et des bordereaux de développement de la Commune de Cotonou de 1999 à 2004.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

35

11,26

100

CHAPITRE VII : CONTRAINTES ET ATOUTS DE LA COMMUNE La commune de Cotonou présente plusieurs atouts mais aussi des contraintes dans les différents domaines de développement de la ville. Tableau 17: Atouts et contraintes de la commune de Cotonou Domaine/secteur

Atouts

Contraintes

Milieu physique

- Existence de bas-fonds à valoriser ;

- Déversement des ordures dans les caniveaux et dans les rues ;

- Disponibilité progressive des infrastructures d’assainissement ;

- Inondation saisonnière et cyclique ;

- Regain d’intérêt des autorités à tous les niveaux à maîtriser les problèmes environnementaux de la ville - Installation de la totalité des ministères ; - - Organisation internationale et autres institutions nationales ou internationales sur le territoire de la ville de Cotonou

- Avancée sans cesse de la mer ; - Pollution du sol, de l’air… ; - L’érosion côtière - Nombre trop élevé de véhicules usagés en circulation aggravant les problèmes d’environnement et de mobilité urbaine ; - Zonage inadapté de la ville ; - Occupation anarchique des espaces verts ; - Vente illicite de l’essence frelatée ; - Occupation anarchique des zones non loties et non assainies

Agriculture

- Adaptation des périphéries de la ville aux cultures maraîchères

- Manque des espaces cultivables ; - Coût trop élevé des intrants - Baisse de la production suite aux aléas climatiques - L’insécurité foncière se rapportant aux constantes menaces de déguerpissements proférés par des propriétaires des domaines en exploitation ; - L’insuffisance du niveau de maîtrise des techniques agricoles et de lutte phytosanitaire notamment une forte pression parasitaire sur les légumes feuilles ; - L’insuffisance d’encadrement et d’organisation des acteurs de la

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

36

filière ; - Les difficultés d’accès aux intrants et équipement ; - L’approvisionnement en matière de préparation d’intrants organiques relativement difficile. Elevage

- - La très forte demande des besoins agro-alimentaires d’une population en perpétuelle croissance ; - - La dynamisation des structures de contrôle

- Absence de plans fonciers pour l’insertion des activités d’élevage qui jusque – là, se font en plein cœur de la ville polluant ainsi l’environnement ; - Sous-production de l’Abattoir de Cotonou suite aux abattages clandestins observés dans certaines localités de la ville ; - Situation de l’Abattoir de Cotonou (en plein cœur de la ville) qui ne favorise pas la gestion des eaux usées.

Education

- Existence de structures d’appui ; - Existence de structures privées de formation et d’initiatives à l’auto emploi ; - Prise de conscience des parents à scolariser les enfants surtout les filles ;

- Insuffisance du personnel enseignant qualifié ; - Effectif pléthorique dans les écoles ; - Etat délabré de certaines écoles ; - Grèves perlées dans le système

- Existence de politique nationale en matière d’éducation à travers les subventions et la formation du personnel ; - Existence de partenaires Commerce

- Présence à Cotonou du Port Autonome situé à une position stratégique dans la sous-région ; - Existence d’un centre d’affaires à Cotonou (Ganhi) ; - Existence d’un marché international et des marchés secondaires à Cotonou ; - Existence des possibilités économiques avec le Nigeria, grand consommateur de la sous région ;

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

- Manque de Politique de développement du secteur informel pourtant dominant au niveau du commerce ; - Absence de mesures incitatives des opérateurs économiques ; - Insuffisance et sous-équipement des infrastructures marchandes ;

37

- Présence d’un abattoir, des gares et parkings à Cotonou ; - Cotonou, Capitale économique du Bénin ; - Existence des établissements financiers (Banques, institution de micro-finances) Energie

- Commune la mieux équipée en énergie électrique assurée par la SBEE.

- Coupures intempestives du courant électrique couplées à la baisse régulière de tensions dans la ville - Coût trop élevé de l’énergie électrique

Art, Sport et Culture

- Existence d’un grand nombre d’artiste ; - Diversité ethnique de la population ; - Existence de grands clubs sportifs ; - Existence de deux (02) terrains de classe internationale (stade de l’Amitié, stade René Pleven) - Existence des maisons des Jeunes et de la Culture ; - Existence d’un grand nombre de chanteurs célèbres ;

- Insuffisance voire absence de terrains dans certains arrondissements ; - Insuffisance d’équipements sportifs ; - Retard notoire dans l’exécution des projets, dû à l’insuffisance et au retard du financement ; - Manque d’emplacements pouvant abriter les infrastructures ; - Manque cruel d’aires de jeu dans les arrondissements

- Commémoration de la fête des vodouns ; - Regain d’intérêt des autorités dans le domaine de football

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

38

CHAPITRE VIII : PRINCIPALES FILIERES PORTEUSES

Tableau18 : Principales filières porteuses dans la commune Filières porteuses Filières

Raisons



Tourisme

Existence des structures d’accueil (l’aéroport, le climat, hôtels, plages, le lac Nokoué, le CPA, la proximité de Ganvié et du centre BYMINS etc…) mais mal exploités



L’agriculture urbaine (la pêche, la production maraîchère -Forte demande en légume, forte demande en produits de pêche (poissonscrevettes) et l’élevage) -Existence des potentiels mais mal exploités (lac Nokoué et la mer)



le transport urbain

Existence d’une forte densité – mobilité urbaine du fait des activités économiques, la pression des communes environnantes

Source : atelier régional PRODECOM à Allada, 2006

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

39

Au niveau du secteur primaire qui est le moins développé dans la commune de Cotonou, l’agriculture urbaine (maraîchage) et la pêche constituent les activités principales. Cependant, dans une moindre mesure, il faut associer à ces deux activités l’élevage. Le secteur secondaire reste au Bénin dominée par l’industrie dont plus de 2/3 des activités sont concentrées sur le territoire de la commune de Cotonou à travers l’agro-alimentation, la brasserie, le ciment, les textiles, la savonnerie, la manufacture de tabac, les Bâtiments et Travaux Publics. Le secteur tertiaire dans la commune de Cotonou fait ressortir la prédominance du commerce et des services. En effet, Cotonou par sa position géo-physique dans le Littoral, présence des caractéristiques de ville d’affaires renforcées par l’implantation du port en eau profonde et de l’aéroport, une floraison importante du commerce et l’existence de quelques marchés d’envergure internationale. Après l’analyse des filières porteuses, le tourisme pourrait constituer la filière levier de développement économique pour la commune de Cotonou.

8.1 Caractéristiques de la filière levier Le tourisme contribue pour environ 2% à la formation du Produit Intérieur Brut du pays. Il se place au 2ième rang national en termes de recettes d’exportation après le coton. L’industrie du tourisme est encore embryonnaire mais on observe néanmoins depuis 1990 une progression régulière de la fréquentation de touristes internationaux et des recettes engendrées par cette activité. Ainsi le nombre de visiteurs est passé de 140 000 en 1993 à 163 000 en l’an 2000. La France est le principal pays émetteur de touristes en direction du Bénin dans la mesure où elle fournit le plus gros contingent. La plus grande partie des touristes utilisent la voie aérienne ; la voie terrestre est le mode de transport privilégié par les touristes venant du continent africain. En Afrique de l’Ouest, le Bénin représente la cinquième destination touristique.

8.2 Organisation de la filière et les principaux acteurs Le patrimoine touristique du pays lui permet de proposer à la clientèle une offre variée d’attraits ou de produits et d’organiser différents types de tourisme que sont : -

Un tourisme culturel et historique rare en Afrique

-

Un tourisme balnéaire privilégié : avec près de 125 km de côte, le Bénin offre le plaisir de grandes plages sauvages qui se déploie le long de la route des pêches, des plages de sable blanc et ombragées par les cocotiers où alternent les villages de pêcheurs.

-

Un tourisme naturel dans les espaces sauvages : Particulièrement au Nord, le Bénin dispose de magnifiques étendues sauvages et variétés offrant de multitudes possibilités d’écotourisme ; les réserves animalières, les grands lacs du sud et les nombreuses rivières et les lagunes sont ouverts aux amateurs de chasse et de pêche ; les deux grands parcs nationaux

-

Des cités lacustres où vivent plus de 70 000 personnes dans des villages sur pilotis, des Tata Somba et du village Tanéka

L’équipement hôtelier est réduit, il est composé de 16 établissements d’hébergement dont seulement 31 sont des établissements classés. La plupart des infrastructures d’accueil n’offrent pas le confort est les services d’un niveau de qualité suffisant. Elles représentent un taux net d’occupation médiocre compris entre 0,1 et 20%.

8.4 Atouts et contraintes de la filière La commune de Cotonou dispose de plusieurs atouts pour le tourisme tels que l’existence de sites, l’existence des structures d’accueil (l’aéroport, le climat, hôtels, plages, le lac Nokoué, le CPA, la proximité de Ganvié et du centre BYMINS etc…), afflux touristiques et l’ouverture de la ville vers l’extérieur. En dépit de ces atouts, certaines contraintes pèsent sur les filières. Les plus importantes sont : -

Problème de transfert de compétence,

-

Mauvaise volonté politique du gouvernement,

-

Investissement pour la création de nouveaux sites,

-

Problème de revalorisation des sites existants,

-

Difficultés de formation des gestionnaires des sites,

-

Problème de sécurisation des touristes

8.5 Stratégies de développement de la filière Stratégies nationales 

Valorisation des ressources culturelles

Les principaux sites fréquentés par les touristes ne répondent pas aux critères qualitatifs attendus par la clientèle internationale. La gastronomie locale n’est pas valorisée, elle représente divers types de spécialités culinaires dont la promotion devrait contribuer au renforcement de l’image du pays et à son développement économique.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

41



Valorisation des ressources naturelles

L’utilisation touristique des ressources naturelles ne se fait pas de façon satisfaisante. Il faut à la fois qu’elles soient préservées dans leur équilibre naturel et qu’elles soient conditionnées pour une exploitation touristique appropriée.



Amélioration de la qualité des hébergements

On remarque de façon générale, les établissements touristiques ne satisfont pas aux règles et usages les plus courants de la profession. Leur conception, leur entretien, leurs services sont loin de répondre aux exigences de la clientèle internationale.



Améliorer la qualification du personnel des entreprises touristiques

Le personnel ayant requis une formation professionnelle est généralement peu nombreux. La faible qualification du personnel des hôtels explique en grande partie les problèmes qui se posent en matière d’entretien des établissements d’accueil, et la qualité des services de maintenance.



Améliorer la qualité des infrastructures et les circuits touristiques

Les conditions des voyages par voie terrestre obligent bon nombre de touristes étrangers à préférer les voyages par avion, surtout à cause de l’insécurité qui règne sur les routes, les tracasseries policières et la durée des trajets. Les coûts des autres services tels que la télécommunication et l’électricité ne sont pas compétitifs. Stratégies communales Les autorités communes de Cotonou devront s’évertuer à organiser: 

l’identification d’autres sites touristiques,



la valorisation des ressources naturelles,



l’amélioration de la capacité et de la qualité des lieux d’hébergements et d’accueil des touristes et former le personnels.



Amener les différents acteurs à un professionnalisme de l’organisation culturelle et touristique.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

42

CHAPITRE IX : PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS

Le processus d’élaboration de cette monographie a permis de ressortir les atouts et les contraintes au développement de la ville de Cotonou. Aussi est il nécessaire de rappeler les projets actuellement pour éviter la duplication des actions dans la ville dans plusieurs secteurs dont le tourisme.

1.

Domaine des transports/mobilités urbaines

Dans le but de contribuer à l’amélioration de la mobilité urbaine au sein de l’agglomération de Cotonou, il est prévu un : 

Projet de construction de deux (02) gares routières pour les poids lourds à l’entrée et à la sortie de Cotonou à savoir : PK 11 d’un coût global de 400 millions de francs CFA et Akassato pour un montant de 484 millions de francs CFA.



Projet de contournement Nord de la ville de Cotonou qui sera réalisé par la construction d’un 4ème pont sur la lagune.

Il est retenu pour la 2ème phase du PGUD, la construction des voies suivantes : tronçon Okpè Oluwa carrefour Lune ;



Projet d’aménagement des quartiers commerçants.

Par le biais de ce projet, deux axes sont en cours de pavage sur le territoire de la ville. Il s’agit de l’axe Carrefour Gaston Nègre-Place Lénine et du tronçon MahouléHindé.

2.

Domaine de l’environnement 

Programme d’Aménagement des Bergers.

C’est un programme initié par le MEHU et la Mairie. Il comprend plusieurs projets tels que : -

Projet d’aménagement de la berge lagunaire qui part de l’ancien pont en longeant la lagune jusqu’à Hindé (au Nord du marché Dantokpa) ;

-

Projet d’aménagement de la corniche du périmètre de la zone commerciale de Ganhi ;

-

Aménagement des plages de Jacquot d’une superficie de 25 ha environ et du PLM Alédjo qui couvre une superficie de 6 ha.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

43

Ce programme vise le développement et la promotion du loisir et du tourisme.

3.



Projet de dragage du Lac Nokoué : Ce projet a été inséré par la Mairie de Cotonou dans le programme de « 3CI » en vue de favoriser l’écoulement des eaux usées dans les collecteurs par le rabaissement du niveau d’eau de la lagune.



Projet de construction d’une station d’épuration par lagunage : pour palier aux problèmes de gestion des eaux usées, la Mairie de Cotonou et l’AIMF ont signé une convention en vue d’exécuter les études préliminaires de ce projet.



Projet de reverdissement de la ville de Cotonou : il s’agit d’offrir un paysage splendide à la ville en développant des espaces verts et des parcs forestiers dans tous les quartiers de la ville.



Projet de construction d’un site de décharge des déchets solides ménagers à ouèssè. Il est financé par le Canada.



Projet de construction de 80 points et de 2 centres de regroupement pour faciliter la collette des ordures ménagères sur toute l’étendue de la commune ;



Projet d’aménagement du quartier Zongo en vue d’une véritable rénovation de ce milieu caractérisé par un état d’insalubrité sans précédent. C’est un projet inscrit au PAG 2 par le MEHU et dont seule l’étude de faisabilité a été réalisé jusque-là.

Domaine du commerce

Prévu pour être exécuté sur une durée de 15 ans, le projet d’aménagement de la zone commerciale de Ganhi, initié par le MEHU, est évalué à un montant global de 320 milliards de francs CFA et couvre une superficie de 56 ha

4.

Domaine de la pêche

Deux projets sont en cours d’exécution au niveau de la pêche. Il s’agit du : * Projet SFP destiné à améliorer la qualité des ressources halieutiques pour toutes sortes de pêche, en l’occurrence des crevettes. Ce projet est financé par le Secrétariat ACP/UE et exécuté par l’Union Européenne ; * Projet de Lutte Intégrée contre les plantes Aquatiques Proliférantes (les jacinthes d’eau). Il est financé par la BAD.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

44

5.

Domaine des sports, loisirs et culture

Sont en cours d’exécution au Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs les projets suivants : 

Projet de formation de 120 animateurs de mouvements de jeunes par an. Il est initié par le ministère et articulé en 32 actions ;



Projet de construction du Centre National Médico-Sportif du Bénin ;



Projet de réfection du Pavillon des Spectacles du Hall des Arts, Loisirs et Sports ;



Projet de construction de la Maison des Fédérations.

De même, le Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme a initié sur le territoire de Cotonou les actions suivantes relatives à :

6.



La construction d’un Théâtre national ;



L’achèvement du siège du BUBEDRA ;



La construction d’un centre d’accueil et du spectacle pour les projections cinématographiques. L’emplacement retenu pour le projet serait l’Ex-Ciné Vogue, mais qui devra subir pour la circonstance une réhabilitation.

Domaine de l’Elevage

Les projets dans ce domaine se résument ainsi qu’il suit :

7.



Projet d’Elevage d’Aulacodes, financé par le Budget National ;



Projet d’Appui au Développement Moderne des Aviculteurs, qui sera exécuté en 2006 sur le financement du Budget National.



Projet CeCPA (Ex-CARDER) qui appuie l’élevage des aulacodes, l’aviculture et la production laitière.

Domaine de la santé

Pour suivre l’évolution de certaines maladies transmissibles ou non, le Ministère de la Santé Publique a mis en exécution les programmes suivants : 

Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) ;



Programme National de Lutte contre le SIDA (PNLS) ;



Programme National de Lutte contre la Tuberculose ;



Programme de Promotion de la Pharmacopée et de la Médecine Traditionnelle ;



Programme de prise en charge des femmes enceintes et nourrissons atteints de drépanocytose.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

45

CONCLUSIONS GENERALES La commune de Cotonou occupe une place de choix au Bénin surtout sur le plan économique, avec le port et l’aéroport qui sont les entités économiques les plus importantes du pays. C’est un département portuaire, un grand centre administratif et commercial et un point de convergence des marchandises vers l’intérieur et vers les pays limitrophes. L’élaboration de la présente monographie a permis de présenter la situation, les atouts et les contraintes de développement de la ville de Cotonou. En effet, les grandes priorités de la commune de Cotonou sont d’abord orientées vers l’amélioration du cadre de vie des populations à savoir : -

La salubrité : il s’agit d’assurer la propreté de la ville-phare, de la ville vitrine du Bénin, en oeuvrant à la mise en place d’un système adéquat d’enlèvement et de gestion des déchets ;

-

La lutte contre les inondations : il s’agit de réaliser de grand travaux d’aménagement de berges, de bassins de retenue d’eau, de construction de digues, de collecteurs, de dégagement des espaces pour l’écoulement de l’eau, etc.

-

La lutte contre la pollution : il s’agit de revoir avec tous les acteurs du développement les types et les qualités des moyens de transport qui seront utilisés dans la ville d’une part et d’autre part la gestion des dépôts anarchiques de divers objets et des encombrements de toutes sortes qui jonchent les espaces qui polluent le paysage.

Par ailleurs, notons qu’au cours de l’élaboration de cette monographie, les données statistiques fiables et actualisées sont difficilement accessibles ou souvent inexistantes étant donné que l’étude diagnostic pour l’élaboration du Plan de Développement de la Commune n’est pas faite. Ce qui a constitué un obstacle majeur pour l’élaboration d’une monographie économique complète, véritable instrument pour le montage des projets et programmes de développement pour la commune. Toutefois, l’analyse des données et informations recueillies notamment sur les filières porteuses de la commune montre que le tourisme pourrait constituer le levier de développement économique pour la commune. Mais, ce développement ne sera effectif que si l’ensemble des acteurs notamment les autorités locales lui accordent une attention particulière. Enfin, signalons à l’endroit des autorités communales que cette première version de la monographie mérite d’être régulièrement actualisée avec les données statistiques plus fines et fiables afin qu’elle retrace la photographique complète et nette de la situation économique de la commune.

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

46

BIBLIOGRAPHIES

PRODECOM (2006) : Résultats Atelier Régional sur le rôle des communes dans la promotion de l’économie locale et la valorisation des filières porteuses, Zone agroécologique VII, Ouidah, 2006 Décrets d’application des lois de la Décentralisation, Mission de Décentralisation, Oct. 2005 Le Guide du Maire, Mission de Décentralisation Oct. 2005 Ministère de la Santé Publique : Annuaire statistique sanitaire, 2004 INSAE, RGPH2, (Février, 1992), Fichiers villages, Mai 2004 INSAE, RGPH3, (Février 2002), Résultats Définitifs, Décembre 2003 Atlas Monographique des Communes du Bénin, 2001 MDR, ECVR (juin 2000) : Profil de la pauvreté rurale et caractéristiques socioéconomiques des ménages ruraux, Département du Littoral INSAE (1996) : profil de pauvreté et caractéristiques socio-économiques des ménages, Ville de Cotonou NOUDOGBESSI R. (2005) : Problématique de financement des investissements locaux par les emprunts publics : Cas de la commune de Cotonou, Mémoire de DESBF (COFEB).

Monographie de Cotonou, Afrique Conseil, Avril 2006

47

Suggest Documents